Table des matières

Comment se protéger des tiques pour vos expéditions

tiques

Table des matières

Avec les beaux jours, les tiques ressortent comme chaque année de leur léthargie hivernale et cherchent bien entendu à se nourrir. Prenez donc garde à votre santé ! Si les tiques sont répandues depuis de nombreuses années partout en France à travers les forêts, les prairies, les jardins, les parcs urbains ou encore sur les plages, de nouvelles espèces font leur apparition sur le sud du territoire.

L’une d’entre elles, la Hyalomma marginatum s’est installée depuis peu dans le sud de la France. Considérée comme une tique « géante » (elle ne l’est pas, mais est plus grande que les tiques qu’on peut retrouver habituellement en France), cette tique aux pattes rayées pourrait transmettre la fièvre hémorragique de Crimée-Congo. Pourrait, car aucun humain n’a jusqu’à aujourd’hui été testé positif, mais des bovins corses oui.

Depuis quelques années, les piqûres de tiques sont plus fréquentes qu’avant. Pourquoi ? Car les tiques sont plus actives en raison des divers changements climatiques, et du réchauffement de la planète.

Qu’est-ce qu’une tique ?

Les tiques, aussi appelées Ixodida sont des acariens ectoparasites de vertébrés. Elles passent une partie de leur cycle sur le sol et l’autre partie ancrée sur la peau d’un mammifère (animaux humains et non humains). Elles peuvent à cette occasion transmettre à leurs hôtes de nombreux agents pathogènes connus : des virus, des bactéries, des protozoaires et des nématodes qui sont responsables des maladies vectorielles à tiques.

En bref, les tiques sont des saloperies.

Pourquoi les tiques peuvent être dangereuses pour les animaux humains et non humains ?

Les tiques peuvent être dangereuses pour les animaux humains et non humains car ce sont des insectes parasites qui se fixent sur leur hôte et sucent leur sang. Cela pourrait s’arrêter là, mais les tiques peuvent malheureusement transmettre des agents pathogènes aux hôtes. Cette transmission se fait principalement par le biais de leur salive qu’elles injectent au moment de la morsure pour rendre la piqûre indolore.

Dans l’hémisphère nord, la maladie de Lyme (Borrélia Burgdorferi) est la maladie la plus connue et la principale liée aux morsures des tiques. Quelques jours après la piqûre de la tique, un érythème apparaît autour du point de morsure et s’étend de façon circulaire. Malheureusement là aussi, cet érythème n’apparaît que dans 50% des cas de contamination. Cet éruption cutanée permet pourtant de déceler l’infection, et de pouvoir la traiter rapidement avec des antibiotiques afin d’enrayer la maladie.

Les premiers symptômes de cette maladie peuvent varier d’une personne à l’autre. Ils peuvent apparaître entre 3 et 30 jours après la piqûre d’une tique porteuse de la maladie. Le symptôme le plus courant est une rougeur de la peau qui cause peu ou clairement pas de douleur ni de démangeaison. Une soudaine fatigue, de la fièvre et des courbatures peuvent également être des symptômes de la maladie de Lyme.

Comment se protéger des tiques ?

Il existe plusieurs façon de se protéger des tiques lorsque vous faites une expédition, que vous partez en randonnée, que vous faites du camping ou simplement une balade en famille. Le meilleur moyen de se protéger d’une tique est bien entendu de ne pas vous rendre dans des endroits qui sont infestés.

Éviter le plus possible les hautes herbes

Les tiques adorent tout spécialement se cacher dans les hautes herbes et les feuilles mortes. Quand vous vous promenez, et si vous le pouvez, évitez simplement de marcher dans ce type de biome. Inutile de vous dire qu’il faut impérativement éviter de vous allonger dans les hautes herbes. Marchez donc au milieu des sentiers, et si vous devez vous arrêter pour vous poser un peu, faites le dans une zone dégagée et isolez-vous bien du sol grâce à une couverture ou une nappe.

Choisissez bien vos vêtements pour sortir

Les tiques s’attaquent plus fréquemment aux membres inférieurs. Il faut donc bien vous couvrir si vous le pouvez. Favorisez un pantalon clair pour repérer facilement si un insecte vous grimpe dessus. Vous pouvez également rentrer le bas du pantalon dans les chaussettes pour empêcher les tiques d’atteindre vos jambes.

Utiliser des répulsifs

Il existe dans le commerce des répulsifs à vaporiser sur vos vêtements avant vos sorties. Ces répulsifs sont efficaces contre tous les insectes, mais ne tuent pas : ils repoussent et empêchent les humains d’être piqués et mordus par les moustiques ou les tiques. Il existe également des répulsifs anti-tiques pour vos animaux, comme les chats et les chiens.

Ces produits sont généralement composés d’huiles essentielles à base de citriodiol, de l’eucalyptus citronné. D’autres huiles essentielles peuvent d’ailleurs être efficaces, mais sont actuellement à l’étude.

Que faire en cas de morsure de tique ?

Lorsque vous rentrez d’expédition, le premier réflexe à adopter est d’inspecter minutieusement votre corps. Si vous repérez une tique, vous devez l’enlever au plus vite car le risque de contamination augmente avec la durée de contact de la tique sur vous. On estime d’ailleurs que le risque est élevé quand la tique reste plus de 24h sur son hôte.

Munissez vous donc de votre crochet à tiques. Une fois de plus, et comme on le répète souvent sur Survivalisme-Urbain, ce crochet devrait être dans n’importe quel kit de premiers secours, que ce soit pour vous, ou vos animaux. Le crochet vous permettra de saisir la tique au plus près de la peau, et en tournant légèrement ce dernier tout en tirant, la tique se décrochera facilement, avec sa tête. Assurez-vous bien que la tête avec les crochets n’est plus présente sur votre peau.

Que faire après avoir retiré la tique ? Désinfectez vous la zone avec un antiseptique sans alcool et surveillez la zone de piqûre pendant au moins un mois afin de détecter le développement éventuel d’un érythème. Si un érythème apparaît, consultez au plus vite un médecin.

Partage:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn
Max Résilient
Max Résilient

Je m’appelle Max, et je suis résilient. Je n’aime pas être étiqueté « survivaliste » car je veux absolument me détacher de cette image « romancée » et négative que peuvent avoir les gens quand ils entendent parler des survivalistes (comme les survivalistes américains qui font le show).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher

Recevez les nouveautés

Inscription newsletter

Aucun spam, aucune notification, en vous abonnant à la newsletter vous acceptez notre politique de confidentialité et vous acceptez de recevoir, de temps en temps, les nouveautés sur le site.

A découvrir

Les plus populaires