Table des matières

Covid-19 : Pourquoi la deuxième vague pourrait être pire

deuxième vague

Table des matières

Depuis le début du Covid-19 en France, l’épidémie a fait 27 625 morts en France. Alors que nous sommes en plein déconfinement, les scientifiques parlent déjà d’une deuxième vague qui pourrait être pire que la première.

Le monde est rarement confronté à des pandémies de cette envergure, et il est difficile d’en comprendre pleinement les effets. L’histoire nous a appris que des maladies comme celle-ci ne disparaissaient pas simplement. Elles continuent à faire le tour de la Terre, vague après vague, jusqu’à ce que les humains développent collectivement des anticorps du virus, et ralentissent donc le taux de transmission.

Faut-il craindre la deuxième vague ?

Cela fait plusieurs semaines maintenant que les scientifiques dans le monde s’accordent à dire qu’une levée trop rapide des mesures de restriction pourrait mener à un rebond du nombre de cas de Covid-19. C’est pour cela que le déconfinement, qui a débuté le 11 mai, se fait progressivement en France, et dans les autres Pays (l’Allemagne ayant trois semaines d’avance sur notre situation).

Si le nombre de cas diminue de jour en jour, et que les services de réanimation commencent à être désengorgés, l’inquiétude de revoir rapidement une nouvelle vague est bien présente. 

Prenons l’exemple de Singapour qui combat aujourd’hui une deuxième vague épidémique, partie des foyers surpeuplés. Le pays a dû se résoudre au confinement, puisque le 15 mars la ville-Etat comptait à peine 200 cas, contre plus de 16 200 aujourd’hui.

Un schéma similaire à la grippe espagnole ?

Si la première vague qui a touché le monde a été ravageuse, la seconde pourrait être malheureusement pire.

Pour appuyer leurs propos, les scientifiques prennent l’exemple de la grippe espagnole qui avait fait rage en 1918. Rappelant que cette dernière était apparue au printemps, qu’elle avait quasiment disparue pendant l’été grâce à des mesures de couvre-feu, avant de revenir plus meurtrière en automne. 

Le taux d'immunité trop bas

La grande problématique du Covid-19 demeure dans son immunité. Plusieurs malades guéris dans le monde ont été testés à nouveau positifs. L’OMS avait alors déclaré qu’il s’agissait de « faux positifs » causés par des fragments inactifs du virus. Mais le risque de réinfection semble quand même présent, même s’il est très marginal.

Une récente étude menée par l’Institut Pasteur en France indique clairement que moins de 6% des français ont été infectés par le coronavirus, et c’est très inquiétant. Pourquoi ? Car pour éviter une seconde vague, le taux devrait avoisiner les 70%.

Covid-19 : Des mutations génétiques observées

Une autre inquiétude réside dans le fait que le virus a déjà commencé à muter. Des scientifiques taïwanais et australiens ont identifié la première mutation significative du virus, mais pour l’heure bénigne, fort heureusement. Cependant, plus le virus va se propager dans la population et plus les mutations surviendront avec de nouveaux risques d’apparition d’une nouvelle souche. 

Peu de coordination du côté des gouvernements

Il ne faut pas se mentir : la gestion de la crise sanitaire, que ce soit en France ou non, a été chaotique. La plupart des gouvernements n’ont pas pris la menace au sérieux, ont attendu trop longtemps avant d’annoncer des mesures de confinement ou encore ont propagé de fausses informations quant au port du masque. 

Malheureusement, les gouvernements du monde ne coordonnent pas bien leurs efforts. De nombreux gouvernements ont pris des mesures spécifiques pour prévenir la propagation du coronavirus, allant du confinement à la distanciation sociale le temps que d’autres ne prenaient aucune mesure, ou de façon très limitées. 

Une partie de la population ne prend pas au sérieux les mesures

Encore aujourd’hui, une partie de la population – en partie endoctrinée par des « gourous » pseudo-scientifiques, ne prennent pas les choses au sérieux. Et pourtant, c’est une raison importante pour laquelle le virus continuera à se propager et pour laquelle la deuxième vague risque d’être pire. Les complotistes n’ont jamais été aussi actifs, et agrandissent de jours en jours leurs rangs en propageant de fausses informations qui ne sont pas vérifiées.

Le vaccin pas pour de suite

Si des dizaines d’essais cliniques sont en cours, la fabrication d’un vaccin prend du temps, beaucoup de temps. Les scientifiques s’accordent à dire qu’un vaccin anti Covid-19 ne verrait pas le jour avant 18 mois minimum. 

Préparez-vous dès maintenant à la deuxième vague

Il n’est pas trop tard pour vous préparer à la deuxième vague qui arrive, c’est une certitude. Les gouvernements remettront en place des protocoles (confinement, gestion barrière, distanciation sociale…) pour stopper le plus possible la propagation, mais les gouvernements mettent du temps à agir. C’est pourquoi vous devez vous préparez de votre côté :

Et n’oubliez pas les gestes barrières !

Partage:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn
Max Résilient
Max Résilient

Je m’appelle Max, et je suis résilient. Je n’aime pas être étiqueté « survivaliste » car je veux absolument me détacher de cette image « romancée » et négative que peuvent avoir les gens quand ils entendent parler des survivalistes (comme les survivalistes américains qui font le show).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher

Recevez les nouveautés

Inscription newsletter

Aucun spam, aucune notification, en vous abonnant à la newsletter vous acceptez notre politique de confidentialité et vous acceptez de recevoir, de temps en temps, les nouveautés sur le site.

A découvrir

Les plus populaires